Europe-Trotteur, Play, SOA4All et co.


Les deux dernières semaines ont été bien remplies, en passant par Athènes pour une réunion de travail sur le projet Play puis par Bruxelles pour la revue finale du projet SOA4All (après un détour par Montpellier pour coder un peu), il est temps de faire un bilan de tout cela…

Athènes - Mai 2011

Athènes - Mai 2011

SOA4All

Toute personne déjà venue sur ce blog devrait connaitre un minimum ce projet qui m’a occupé ces trois dernières années. C’est bon je ne devrais plus en parler trop puisque il est maintenant officiellement terminé depuis la fin du mois dernier. La revue finale s’est déroulée aujourd’hui à Bruxelles. Pas de présentation technique pour cette fois, j’ai même pas eu besoin de dire un mot… La session du matin était assez spéciale pour un projet recherche: essayer de vendre le projet a un investisseur (avec un vrai investisseur, mais qui venait sans son chéquier). Bref un jeu de rôle que je trouve un peu grotesque et qui au final n’a rien donné a part trop de travail pour les speakers.

Regardons ce que ce projet a pu m’apporter, apporter à PetalsLink et aux produits associés, les points forts, les points faibles, etc, (en essayant de faire court):

  • + Mon premier projet de recherche européen. Je suis entré dedans dès le début après avoir passé 2 ans a bosser sur Petals ESB à temps plein en tant que développeur, product leader et compagnie. J’avais par le passé travaillé sur un projet ANR pendant presque 3 ans aussi sur le thème du grid computing (cf http://grid-tlse.org).
  • + Petals ESB n’avait jamais été trituré de la sorte (ndlr: faut que je trouve un autre mot que trituré, je l’ai déjà utilisé hier plusieurs fois). La version utilisée dans SOA4All diffère énormément de la version communautaire OW2. En plus de l’ajout de nombreux services, il a été aussi customisé dans tout les sens pour qu’il soit non plus ‘Enterprise Service Bus’ mais ‘Internet Service Bus’. Les protocoles et contraintes de la version entreprise n’étant pas forcément les mêmes que ceux d’Internet.
  • + Le Distributed Service Bus qui en découle est maintenant une base pour de nombreux projets de recherche chez PetalsLink, donc on en entendra encore parler sur ce blog.
  • Les partenaires du projet avaient une toute autre vision de ce qu’est un middleware, dès la première réunion on a entendu plusieurs fois ‘The middleware is the Internet’. Donc là forcément çà commence pas trop bien.
  • + Heureusement, l’INRIA était là. J’avais déjà eu le plaisir de travailler avec l’INRIA Lyon sur Grid-TLSE, et généralement ces personnes là savent de quoi elles parlent et savent ce qu’est un middleware. On travaille d’ailleurs ensemble sur de nouveaux projets dont Play.
  • SOA pour tous‘ mais pas pour le projet lui même… Le but du DSB était aussi de fournir cette brique SOA de base. On se retrouve avec des développeurs qui font tous leurs Webapps dans leur coin et qui s’intégrent ‘à la mano’. Dommage il faut recompiler tout si le service est déployé ailleurs…J’ai presque honte de dire la taille de l’installer graphique que j’ai été chargé de faire pour installer les différents modules; allez 800Mo et encore tout les modules ne sont pas présents.
  • + C’est fini, maintenant on va pouvoir faire des vrais projets midleware, SOA et compagnie.

Play

Le projet Play a commencé depuis un peu plus de six mois (je ne parle toujours pas de Play! Framework mais vous devriez vous intéresser à ce Framework Web, le premier tuto est assez bluffant quand on a l’habitude de faire du Spring, du Struts, du GWT ou tout autre Framework Web, Play! est en train de percer et de botter le cul aux autres). Bien que le projet soit encore au début (durée 36 mois), l’activité est assez intense et promet de bonnes choses dans un futur proche. Pour faire rapide, il est question de développer une plateforme événementielle qui utilisera des technos issues/basées sur le Distributed Service Bus, de Complex Event Processing, de P2P, d’adaptation contextuelle, le Cloud, etc, etc, etc… Bref, beaucoup de choses à faire et un Bus de Service, qui va évoluer encore et encore. Ah et on parle aussi de gouvernance au niveau service et évènements, ce qui est un peu plus nouveau pour la partie évènementielle.
Donc la réunion de la semaine dernière à Athènes (ça change de Bruxelles…) a encore une fois tenue ses promesses: du contenu en masse, des cas d’usage qui évoluent pour utiliser au mieux la plateforme et le concept d’Event Marketplace qui se précise. Je pense que je parlerais mieux de tout ça d’ici peu de temps mais les bases sont posées.

Codons!

Ces voyages au sud et au nord de l’Europe m’ont laissé le temps de coder (surtout quand le TGV tombe en panne entre Montpellier et Bruxelles), un article sur une nouvelle feature du DSB a vu le jour hier soir, j’en ferais un autre plus précis dans les jours qui viennent.

Publicités

SOA4All in the Future Internet of Services


This video describes the current trends in the Future Internet of services and the Web of Data. The project SOA4All considers resources to be services usable via the Service Web. In order to address the current limitations of service computing at Web scale and to lower the entry barrier for the average Web service workers, SOA4all combines Web principles, Web 2.0 technology, context
management and semantics into a novel service delivery platform. The applicability of such a platform is manifold, and industrial partners such as SAP, BT and TIE have already demonstrated the benefits of SOA4All technology in the Public Sector, Telecommunications and eCommerce.

SOA4All White Paper : Web Services Are Dead, Long Live Internet Services…


Les Web Services sont ils morts? Une vision dans le white paper qui vient d’être publié par des partenaires du projet SOA4All.

SOA4All white paper is available: « Web Services Are Dead. Long Live Internet Services« .

This white paper presents the project vision about the evolution the Internet ecosystem: Web 2.0, Semantic Web, Web of Data, Cloud technologies and other facets enabling and supporting the Future Internet of Services.

SOA4All Review M30 – Bruxelles


Bon, comme d’habitude, beaucoup de choses autour de la sémantique, sémantique de services, linked data, RDF et compagnie mais surtout l’occasion de montrer les avancées et faire un point sur le Distributed Service Bus ie le bus servant de base de l’infrastructure de service du projet.

Pour faire court, le scope à beaucoup varié et divergé de ce que nous pensions faire initialement. A la base, nous pensions nous engager vers le développement d’un bus de service massivement distribué à l’échelle d’Internet ie une extension de Petals ESB qui lui est tout juste distribué. Au final, cet aspect massivement distribué est forcément complexe et demande encore de la réflexion (surtout sur son utilité). Le scope s’est recadré vers quelque chose qui est plus dans l’air du temps en se rapprochant d’une solution SOA pour le Cloud.
Bref, on parle aujourd’hui de Federated Distributed Service Bus (fDSB) ou des réseaux/îlots de noeuds (les DSBs) sont interconnectés de façon intelligente pour créer des infrastructures fédérées. Pour ceux qui connaissent un peu Petals ESB, cela veut à peu près dire (et pout faire simple) que ces îlots ont une connaissance locale de leurs services. La connaissance des autres services n’est possible qu’a travers la couche de fédération et via des politiques de propagation des informations bien définies (un outils de gouvernance tel que Petals Master peut jouer ce role de définition des visibilités).
La couche de fédération est aujourd’hui le medium qui permet de faire communiquer ces ilots de DSBs via des protocoles hétérogènes, traverser les firewalls etc etc. On arrive alors vers les prémices du so-called « Hybrid Cloud » ie créer un Cloud SOA au sens large en utilisant du Cloud public (Amazon EC2 par exemple), du Cloud privé (via OpenNebula et compagnie), etc.
Et c’est bien le cas d’usage que l’on à dans les cartons : des DSBs sur Amazon EC2, des DSBs sur Grid5000, des DSBs sur les laptops et des invocations de services possibles (dans tous les sens et sans connaissance préalable des services disponibles).
Pour le moment on ne parle pas d’élasticité et compagnie qui font la force (à mon avis) du Cloud. Ca c’est autre chose que je suis en train de préparer en parallèle, qui devrait voir le jour dans les prochains mois et dont je parlerais sûrement à la prochaine « OW2 Annual Conference » dans un mois à La Cantine – Paris.

WSMO-Lite approuvé par le W3C


La spécification WSMO-Lite, élaborée principalement dans le cadre du projet SOA4All, vient d’être approuvée par le W3C.

The W3C, the Web’s standardization consortium with a mission to lead the Web to its full potential, has today acknowledged WSMO-Lite, a technology submission led by KMi.

Developed within the EU project SOA4All, WSMO-Lite is a lightweight set of terms for describing the semantics of Web services that builds on the W3C standard SAWSDL. According to the W3C’s ownTeam comment, WSMO-Lite « is a useful addition to SAWSDL for annotations of existing services and the combination of both techniques can certainly be applied to a large number of semantic Web services use cases. »

Source KMi Planet News