Bilan de 6 mois de télétravail

Oui je sais, pourquoi faire un bilan au bout de 6 mois et ne pas attendre la barre psychologique des un ans? Surement parce que je trouve que ce mode de travail est beaucoup plus productif (dans mon cas) et que finalement il me semble avoir fait beaucoup plus de choses en 6 mois chez moi qu’en 12 dans un environnement de travail ‘classique’ (enfin si de nos jours on peut appeler un openspace bruyant un environnement de travail classique).
Alors pourquoi et comment en suis-je arrivé à vouloir partager cette expérience? Quel est le pour, le contre, les mises en garde, les choses à faire et à ne pas faire? Je vais essayer de donner des réponses par rapport à ma petite expérience sur le sujet de façon totalement transparente.

C’est peut être le fait de travailler en tant que développeur (entre autres) dans une startup cool et dans l’Open Source qui m’a emmené à pouvoir passer en mode télétravail, à vrai dire il semble que c’est un fonctionnement qui est de plus en plus fréquent (réduction des coûts, du stress, …) mais là n’est pas le sujet de l’article.

Evidemment, une des premières choses qui vient à l’esprit, c’est le gain de temps. C’est vrai j’économise à peu près 59 minutes de trajet par jour (en estimant que monter à l’étage le matin et en descendre le soir me prend 1 minute, ce qui est large!). Ce stress là est épargné: plus de voiture, de métro et de marche dans un environnement pollué pour rejoindre les bureaux du centre Toulousain.
Par la suite, ce gain de temps augmente au cours de la journée : Plus besoin de faire le tour des bureaux pour dire bonjour à tout le monde (non je ne suis pas sauvage), connecter son client de messagerie est suffisant; plus de perturbation par les discussions du bureau d’à coté sur le match de la veille, plus besoin de repasser les habits, etc… Au final j’estime que le cumul doit tourner autour des 1h30 à 2h par jour… Donc au final, sur une journée, le choix est possible entre travailler moins de temps effectif pour un rendement équivalent ou vraiment travailler les 8 heures syndicales… Je dirais que ça dépend des jours dans mon cas…

Ensuite effectivement, l’environnement de travail à la maison est plus calme que celui du bureau. Bon il faut dire que j’habite dans un lotissement très calme, pas de bruit, pas de passage de voiture, les enfants jouent de temps en temps dans la rue mais ce n’est pas ça qui peut me déranger. On est généralement tous d’accord, que travailler dans un environnement calme permet d’être productif. Aujourd’hui je ne suis plus obligé de mettre mon casque et écouter de la musique en continue pour masquer les autres bruits… Un point positif de plus… Ah oui, je pense qu’il est important d’avoir  son bureau dédié, dans une pièce séparée et ne pas avoir à travailler dans le salon ou dans la chambre… Finalement, la seule chose qui me manque vraiment, c’est la clim! L’été dans le sud c’est un peu rude… Bon, pour palier à ça, j’ai un frigo plein de glaces, je travaille en short et le soir je peux aller piquer une tête à la mer.

Il est aussi important d’établir des règles avant de quitter les bureaux de la société. Que ce soit pour le matériel, les frais et compagnie. La chose la plus importante est le contact avec les collaborateurs et la hiérarchie. La messagerie instantanée est efficace pour poser les questions et être questionné par la même occasion. Elle ne remplace pas les discussions de bureau mais je fais souvent des breaks en parlant avec quelques collègues, je vais à la chasse aux potins car dans mon bureau, il ne se passe rien… La règle la plus importante reste la périodicité de ‘visite’ dans les locaux de la société. Il est pour moi très important de pouvoir discuter de visu, échanger, faire des réunions, voir les gens, … Tout ça car les discussions par mail ne sont pas aussi faciles qu’elles en ont l’air. Un courrier électronique c’est bien, par contre ce qu’il manque c’est l’intonation… Des choses qui ne devraient pas être mal prises le sont souvent, au bout de la 3eme réponse on s’aperçoit que le contenu n’a plus rien à voir avec le sujet initial… Bref, la communication électronique à aussi ses inconvénients. Le téléphone reste le meilleur outil pour ça!

Et la rigueur alors? Je pense que ce mode de travail ne peut être compatible qu’avec une certaine rigueur? Dès le début, l’important est de s’imposer des heures de bureau et de s’y tenir sinon il me semble que l’on peut très vite dévier sur des horaires décalées non compatibles avec une vie de famille digne de ce nom. Non je ne travaille généralement pas le soir car j’ai aussi une famille et une vie extra professionnelle. D’ailleurs celle ci s’est étoffée et s’étoffe encore… J’ai du temps en plus, donc je me suis vraiment remis au sport (pour compenser la sédentarité), j’ai repris les activités que j’avais délaissé comme la photo… Je me suis même mis au jardinage (la première récolte de tomates est prometteuse).

Dernier point : il faut être proactif! Toujours être à l’affût, ne pas se faire oublier, faire des propositions, réagir aux mails… De ma faible expérience, il me semble que des fois les gens pensent que je ne fais plus partie de la société. Non, j’ai toujours le même statut, je fournis toujours un travail conséquent, je pars toujours en déplacements (et ça fait du bien de sortir de ma maison), je rapporte toujours de l’argent à la société et donc je suis toujours un employé comme les autres. Je ne veux pas que l’on me laisse dans mon coin être un emploi fictif! Je ne veux pas aussi me reposer sur mes lauriers, dans notre monde de développeur il faut toujours être actif, de remettre en question, apprendre de nouvelles choses que ce soit par le biais des projets sur lesquels on travaille, ou de façon personnelle avec de l’auto-formation.

Voilà un tour d’horizon rapide de ses premiers gros six mois de télétravail, pour moi le bilan est plutôt positif et je pense continuer sur cette lancée. La suite de mes aventures de télétravailleur  geek sûrement bientôt!

15 réflexions sur “Bilan de 6 mois de télétravail

  1. Très sympa de partager ce bilan. Vous faites bien de le faire au bout de 6 mois; c’est le bon moment pour tirer un premier bilan et valider les règles de fonctionnement. J’aimerais savoir si vous avez un avenant à votre contrat de travail qui précise les modalités d’exercice de votre nouvelle organisation du travail. Vos tomates semblent avoir mieux donné que les miennes cette année…pas assez de soleil en août dans l’Oise !

    • Effectivement, je n’ai pas parlé des modalités de ce style mais il est nécessaire de faire un avenant au contrat qui retranscrit tout ce qui à été décidé avec la hiérarchie sur le suivi du travail, les déplacements, etc. Tout ca pour simplement éviter les ptoblèmes qui peuvent survenir par le biais de ce mode de travail particulier

    • Merci pour le lien. Je pense faire un autre bilan pour le premier anniversaire. D’ici la pas mal de choses auront changé car en ce début d’année scolaire ca bouge coté famille, et donc du coup l’organisation risque d’être différente. Affaire à suivre…

    • Bonjour,

      Merci pour ce commentaire. Je vois que vous êtes aussi en « mode télétravail » mais plus en tant qu’indépendante qui est quand même quelque chose de bien différent où vous êtes rattachée à des clients tandis que je suis salarié d’une entreprise à temps plein. J’imagine quand même que le fonctionnement à la maison doit se rapprocher de celui que j’ai!

  2. Très bien cet article, vous faites bien d’insister sur la rigueur nécessaire lorsqu’on travaille chez soi. En télétravail indépendant depuis plus de deux ans, je suis devant mon clavier dès 9h le quitte pour un break déjeuner infos🙂 et retour à mon bureau jusqu’à 18h30 ou 19h🙂

    J’adore ce fonctionnement qui me permet de zapper les transports, et je me suis remise à faire du sport.
    Au plaisir de vous lire
    Valérie

  3. Pingback: 2010 in review « c.hamerling

  4. Pingback: Yet Another ‘Bilan’ « c.hamerling

  5. bonjour Christophe

    à force de bidouiller sur le net avec comme mot de recherche « télétravail », je ne pouvais pas éviter votre bilan…édifiant! Je vais passer au mode « tt » dans quelques semaines et il est inévitable de se poser des tas de questions surtout pratiques quand on a toujours travaillé dans un environnement standard (le classique n’étant effectivement pas de mise surtout en open space!!)…oserais je demander si les questions peuvent vous être soumises peut être sur une autre adresse ou aussi lisible pour les autres « répondeurs » de votre blog ?? première question : qui est cadre ou pas et qu’est ce que cela implique pour ceux qui le sont ?

    merci de vos infos en retour
    martine

  6. Ayant travaillé dans ces fameux open spaces et ayant forcé mon employeur à accepter un état de fait de télétravailleur, je considère à postériori que ma présence dans des locaux open space d’entreprise s’apparentait fort sur le fond à du télétravail. J’étais support logiciel remote chez un constructeur. Par le travail à distance, j’ai même pu dépanner un ordinateur localisé en Afrique du Sud chez un client de ma société, chose qu’il m’aurait été difficile dans le cadre de l’employeur (sécurité informatique dans les entreprises oblige). Question productivité, je partage à 100% les affirmations dans ce blog.

    Je souffrais également avec mon entreprise de trop d’inactivité me poussant à un ennui difficilement supportable. Le télétravail m’a parmis de mieux occuper mon temps dédié à l’informatique en utilisant mieux les ressources matérielles professionnelles et privées. Grâce au télétravail, j’ai pu sans arrêt m’auto-former sous différents systèmes d’exploitation. In fine, les clients en profitaient et par ricochet ma société qui voyait les clients renouveller leur contrat de support logiciel, satisfaits qu’ils étaient. Pour ce qui est des intonations des voix, le téléphone mentionné dans ce blog reste un outil indispensable dans le cadre du télétravail, de même qu’il le reste dans un cadre de support logiciel remote.

    Aujourd’hjui je ne suis plus salarié (je suis pensionné) mais n’en continue pas moins d’oeuvrer dans le domaine de l’informatique. Je ne rends de compte à plus personne sauf à moi-même. Bien que touchant une pension, j’estime quand même devoir gagner mon pain quotidien. La production informatique parce que l’informatique me passionne et que je réalise aujourd’hui dans un cadre indépendant n’est guère différente dans sa forme et dans ses condition de celle que je réalisais en télétravailleur.

    En conclusion pour moi, la transition entre un état d’actif et un état de pensionné a été hyper douce. Mon équilibre mental s’est même trouvé amélioré depuis le moment où j’ai télétravaillé. Je pratique encore aujourd’hui une forme de télétravail même s’il n’est pas rénuméré et n’en suis pas moins un quinqua heureux et bien dans sa peau.

    Cher Christophe, merci pour ce blog.

    Philippe Vouters

  7. Bonjour Christophe,

    Merci pour cet article très enrichissant ! Puis-je me permettre de vous demander comment a évolué votre situation depuis sa rédaction ? J’espère pouvoir me servir de cette première expérience pour proposer le télé travail à mon employeur, mais je souhaite savoir si tout ces arguments sont toujours d’actualités à moyen-terme.

    En vous remerciant par avance🙂.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s